Lundi 20 août 2018

Les ténèbres passent et déjà luit la lumière véritable (1 Jean 2,7-11)


Lire le texte

Il est souvent difficile de savoir quand l’auteur parle de Dieu et quand il parle de Jésus. Ce n’est pas une maladresse ou un hasard. Le lien intime entre Dieu et Jésus est tel qu’ils ne font qu’un, et là encore, ce n’est pas un hasard, mais c’est l’être même de Dieu qui se révèle. Quand Jean évoque Dieu, il ne fait aucun doute qu’il parle du Dieu qui fait alliance avec Israël, du Dieu qui instruit Israël et lui donne la Torah. Jésus vient « néanmoins » (v. 8) en « lumière véritable » (v. 8) révéler, éclairer, communiquer et aussi accomplir « ce qui était dès le commencement » (ch. 1,1). Au « commandement ancien que vous avez depuis le commencement » (v. 7) se joint sans rupture ou contradiction le « commandement nouveau » (v. 8), propre au témoignage johannique, ancré dans sa réception de Jésus. Surgit alors pour la première fois dans la lettre le mot « frère ». « Celui qui prétend être dans la lumière, tout en haïssant son frère, est toujours dans les ténèbres » (v. 9). Tout est dit. L’amour du frère, l’amour au sein de la communauté est au cœur de la vérification que l’ensemble de la lettre propose à ses lecteurs. L’amour vécu et pratiqué se joint à la confession des péchés. Nouveau est ce qui devient possible à partir de Jésus, « puisque les ténèbres passent et que déjà luit la lumière véritable » (v. 8).

Ira Jaillet

Prière: Seigneur, initie en nous l’exode du pays de la haine, l’exode de l’ignorance de qui tu es, de qui nous sommes, de ce que nous sommes invités à vivre et à devenir en te ressemblant.  

Référence biblique : 1 Jean 2, 7 - 11

Commentaire du 21.08.2018
Commentaire du 19.08.2018